Les 4 accords toltèques, la bible du développement personnel

quatre accords tolteques cover a la menthe france missud

 

Il y a plusieurs mois, comme dit dans une précédente chronique, j'ai un déclic : je ne sais pas qui je suis. Ce déclic c'est une rencontre en soirée. Une fille, magnifique, douce, bienveillante, beaucoup plus jeune que moi, mais tellement plus sage, qui me demande pourquoi je me dévalorise comme ça. Je reçois ses mots comme une décharge électrique : depuis toujours je n'ai rien compris. Je pense m'être réparée, en réalité, je me mens. Je fais semblant, je crois être quelqu’un que je ne suis pas. Depuis toujours je crois vivre, en vérité je survole, je marche en aveugle, je survis. Ce jour-là, suite à des déceptions, je suis fragile, déstabilisée, j’écoute donc attentivement tout ce qu'elle me dit. Je bois ses paroles. Cette fille a changé ma vie. Alors, quand quelques semaines plus tard, une fois le travail d’éveil commencé, elle me conseille des livres pour apprendre à m'apaiser, à me libérer, je note tout précieusement.

 

J'ai d'abord lu L'art de la simplicité, qui m'a aidé à faire le tri dans ma vie ̶ j'en ferai d’ailleurs sûrement une chronique prochainement ̶ puis j'ai attaqué le deuxième de la liste et celui-ci m'a véritablement transformée.

Ce livre c'est Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz.

 

4 accords tolteques alm le coin de france

 

Bien sûr, comme beaucoup de monde, j'en avais déjà entendu parler, mais je n'avais jamais pris le temps de m'y intéresser. Je croyais que tout allait bien, moi, je pensais être heureuse, je n'avais pas besoin de lire ce genre de trucs. En réalité, je n’avais juste pas encore décidé de changer.

Je le dévore en deux jours. Depuis, j'essaie de suivre ses préceptes et je le sens, oui, concrètement, je me sens beaucoup mieux, beaucoup plus sereine, beaucoup plus heureuse.

Ces préceptes sont tout simples, il s'agit de 4 règles de vie à respecter pour atteindre le bonheur, pour suivre le chemin de la liberté personnelle : 

Les 4 accords de la communauté Toltèque

L'auteur, Don Miguel Ruiz, est un chaman mexicain, mais un chaman neurochirurgien, déjà ça donne envie de le prendre au sérieux. Don Miguel Ruiz c'est un héritier de la culture Toltèque, cette civilisation vieille de plusieurs milliers d'années, précédant les Maya et les Astèques. Don Miguel Ruiz c'est un homme sage ayant appris à transmettre les savoirs oraux de ses ancêtres à l’écrit afin de pouvoir les diffuser dans le monde entier. Don Miguel Ruiz, il a envie de sauver le monde. Et ça tombe bien, car, moi, là tout de suite, j'ai bien envie d’être sauvée.

 

miguel ruiz 4 accords tolteques a la menthe le coin de france

 

Don Miguel Ruiz, dès le début du livre, nous révèle que nous vivons dans un rêve. La vie n'est pas la vraie vie, notre société égoïste, cupide, pressée, angoissée, n'est qu'un enfer dans lequel nous sommes enfermés depuis toujours. Un enfer où règne la peur, un enfer que nous nous sommes créé et dont nous pouvons nous défaire. Ce que nous explique Don Miguel Ruiz tout au long du livre c'est que nous sommes maître de notre bonheur, maître de notre vie, c'est à nous qu'appartient le pouvoir de changer notre enfer en paradis.

C’était donc ça mon déclic. Je nageais en plein rêve, je vivais dans l'illusion de ma vie, et je viens de me réveiller. À 34 ans (il était temps, hein), enfin prête à écouter, je dois donc tout apprendre. Et c'est par ce livre qu'il faut commencer, il paraît. Alors, je t'en prie, Miguel, enseigne-moi à vivre en pleine conscience, je suis toute ouïe.

 

1er accord : Que votre parole soit impeccable.

Qu'est-ce que ça veut dire que votre parole soit impeccable ? Ça veut dire que : tu ne juges pas, ne critiques pas, ne mens pas, ne rabaisses pas, bref, tu ne fais pas de mal quand tu parles, même de toi. Alors, ça semble facile à faire comme ça, en vrai, je teste tous les jours, je peux vous dire que pas du tout. Que nous pensons avoir de bonnes intentions ou non, nous blessons tous par nos paroles. Hé ouais.

Dès que nous disons à quelqu'un : « tu es comme ça, tu ne devrais pas faire ci, arrête d'agir ainsi » etc... insidieusement, inconsciemment la plupart du temps, nous faisons du mal. Par nos mots, irréfléchis, nous transmettons nos jugements, nos idées, et nous blessons, oui, oui.

Qui sommes nous pour dire à quelqu’un comment diriger sa vie, s'il doit changer ou non ou s'il prend le mauvais chemin ? On se prend pour qui ? La vérité c'est que ces mots que nous renvoyons ne servent qu'a nous décharger nous, à nourrir notre ego, à donner notre avis mais en aucun cas à aider. Il a raison Don Miguel Ruiz, faut arrêter.

« Que ta parole soit impeccable » ça veut dire : garde ton avis pour toi, et même mieux, n'en aie pas. Parce que ça ne te regarde pas. Ainsi tu ne feras pas de mal. Et quand tu ne fais pas de mal, tu ne te sens pas mal. CQFD.

Si je vous aperçois dans la rue et que je vous traite d’imbécile, il semble que je me serve de la parole contre vous. Mais en réalité je l'utilise contre moi, car vous allez me détester et votre haine ne me fera aucun bien.

  

2ème accord : Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle.

Et si nos malheurs viendraient du fait que nous sommes trop ego-centrés ? C'est tout con, mais avant que Don Miguel ne me le dise je n'y avais jamais pensé. Pourtant c'est la vérité. Nous nous occupons trop de nos petits nombrils au lieu de prendre du recul et relativiser. Nous prenons chaque remarque acerbe, chaque agression, chaque rabaissement comme quelque chose de dirigé contre nous. Nous nous auto-jugeons, nous nous disons que nous ne sommes pas parfaits et nous culpabilisons. Mais au final, si nous écoutons ce que l'on peut dire de nous c'est, d'une, que nous nous connaissons pas et, de deux, que nous ne prenons pas en compte ce qui peut se passer dans la tête de l'autre à ce moment-là. Hé ouais, nous ne sommes pas le centre de l'univers, faut redescendre deux minutes les gars. Les autres ont des peurs, des blessures qui les font réagir comme ça. Si on te critique, te rabaisse, te crie dessus, que tu aies fait quelque chose de mal ou non ce n'est pas toi le problème à ce moment-là mais ce qui se passe à l'intérieur de la personne en face de toi. Quelqu'un de totalement apaisé ne fera jamais de mal, même au pire des enfoirés. Alors, si tu sais qui tu es et que tu es persuadé de n'avoir rien à te reprocher et bien pourquoi tu l’écouterais ?

Bah voilà, arrêtons de culpabiliser !

Cet accord est celui qui m'a, personnellement, le plus aidée. Avant, en plus d’être narcissique et égo-centrée, je ne savais pas qui j'étais. J'avais tendance à tout prendre pour moi, à tout écouter, à me remettre en question à la moindre critique puis à m'adapter pour être aimée ou bien à me défendre telle une chienne enragée. Maintenant que j'ai appris à me connaître et prendre du recul je n’écoute plus ni les critiques, ni même la flatterie. Qu'est-ce que je me sens apaisée, plus aucune remarque ne me déstabilise et je n'ai plus besoin de personne pour me rassurer ! 

Vous n'êtes aucunement responsable de ce que les autres font. Leurs actions dépendent d'eux-mêmes. Chacun vit dans son propre rêve, dans sa propre tête ; chacun est dans un monde totalement différent de celui dans lequel vous vivez. Lorsque nous faisons de tout une affaire personnelle, nous partons du principe que l'autre sait ce qu'il y a dans notre monde, et nous essayons d'opposer notre monde au leur.

  

3ème accord : Ne faites pas de suppositions. 

Depuis que j'ai cet accord en tête je me rends compte que je passe ma vie à tout interpréter à ma sauce, à faire des suppositions, à penser à la place des gens. Pour me rassurer, pour me défendre, pour défendre mon ego, pour défendre mes opinions, mon jugement. Pour défendre MA vérité. Et ça sert à quoi ? Bah à rien, si ce n'est se triturer le cerveau pour se donner raison. Se donner raison, à soi-même. Se donner raison via les autres... avec le recul je me rends compte à quel point c'est insensé !

C'est simple comme bonjour et pourtant je n'y avais, non plus, jamais pensé : « non France, tu ne sais pas ce que les gens pensent réellement si tu ne leur a pas demandé. Et, non, tu ne peux pas deviner. Et s'ils te mentent, n'essaie pas de trouver la vérité. Seuls eux la connaissent, tu vas perdre ton temps à essayer de savoir et surtout tu vas sûrement te tromper. »

Si les gens ne veulent pas dire la vérité, même si vous sentez qu'ils mentent, qu'ils se cachent ou ne disent pas tout, et bien tant pis, vous n’êtes pas obligé de tout savoir, ni de tout interpréter. Qu'est-ce que ça me fait du bien au quotidien de ne pas tout vouloir comprendre. En fait, suffisait d'essayer.

Nous supposons que tout le monde voit la vie comme nous la voyons. Nous supposons que les autres pensent comme nous pensons, qu'ils ressentent les choses comme nous les ressentons, qu'ils jugent comme nous jugeons. Voilà, la supposition la plus importante que font les humains.

   

4ème accord : Faites toujours de votre mieux. 

Ce quatrième et dernier accord un peu bateau est pourtant important à assimiler. Pour ma part, moi, qui ai toujours voulu faire parfaitement (pour plaire à la terre entière, pour être aimée, au lieu d'apprendre à m'aimer moi, blablabla) ce n'est pas mieux faire dans le sens que vous entendez dont j'avais besoin mais justement de faire moins. Faire de votre mieux en gros, ça veut dire : « fais tout ce qui est en ton pouvoir pour réussir ce que tu souhaites entreprendre, mais ne te tue pas non plus le mental ou la santé ». T'as pas envie de travailler ? Te force pas, change de travail, choisi en un que t'aimes et fais-le avec passion. T'as pas envie de remplir tes obligations ? Fais-les au moment opportun. T'as pas envie de faire du sport ? Donne-toi des raisons d'avoir envie. Et là, tout d'un coup, tu revois tes priorités. « Qu'est-ce que j'ai vraiment envie de faire ? Ai-je envie de me faire du bien ? De nourrir mon corps et mon esprit ? Ai-je envie d'avancer ? » Une fois la question posée on se rend compte que beaucoup de choses que nous faisions nous ne le faisions pas pour nous mais pour l'image que nous voulions renvoyer. Depuis ce livre j'ai revu pas mal de mes activités, supprimé des anciennes fatigantes sans intérêt, ajouté certaines qui ne servent à rien d'autre que me faire plaisir, dégagé beaucoup de temps libre. Et surtout, je profite de tout ce que je fais, je vis les choses pleinement, et non plus comme un robot. Ma vie a littéralement changé.

Si vous entreprenez une action parce que vous le devez, il est impossible de l'effectuer au mieux. Alors autant ne pas la faire. Non, faites de votre mieux parce qu'agir ainsi vous rend heureux. Lorsque vous le faites simplement pour le seul plaisir que vous y trouvez, vous n’agissez que parce que vous aimez cela.

 

Les 4 accords toltèques c'est la base, c'est la bible, c'est le premier livre que tu dois lire quand tu t’éveilles, quand tu as envie de changer. Je ne remercierai jamais assez Don Miguel Ruiz et bien sûr Margot, la fille qui me l'a conseillé. Normalement, si tout va bien, c'est le début de la transformation, le début de ta nouvelle vie et après tu n'arrives plus à t’arrêter.

 

Et toi l'as-tu déjà lu ? Qu'en as-tu pensé ?

 

 

1 comentario

  • Bonjour France et merci pour cet article ! J’ai ce livre, une amie me l’a offert à un moment de ma vie qui allait être un vrai tournant! Un vrai. Un grand. Celui qu’on prend sans vraiment l’avoir décidé ainsi, mais qu’on doit prendre. On se lance comme on dit. J’ai ce livre depuis 2 ans maintenant sans jamais l’avoir ouvert. Je pense que c’est par « peur » et que je n’étais pas prête finalement. Je le sentais que c’était pas le moment. Bref. Toi, ton article sur ce livre et tes mots, tombent à pic pour moi. Je pense que maintenant, je suis prête. A lire et à changer. Merci 🙏🏼

    Sany

Dejar un comentario

Por favor tenga en cuenta que los comentarios deben ser aprobados antes de ser publicados