Ben Mazué se cherche et nous trouve.

ben mazue le coin de france a la menthe music

 

by France Missud 

La première fois que j’entends parler de Ben Mazué, nous sommes en janvier 2019, je sors d'after. Il est quinze heures, le soleil est perché dans le ciel bleu. Je marche seule en direction de mon scooter garé devant le Café Barge. Un jeune homme m’arrête et plonge son regard désespéré dans le mien.

« Tu sors du barge ? C’était comment ? J’arrive trop tard, encore une fois j'ai tout foiré, ma copine m'a quitté parce que je suis trop fragile selon elle. Tu connais l’hypersensibilité ? »

Tu parles que je connais, je fréquente un de tes congénères en ce moment-même et j'ai une énorme envie de le buter.

« Il a besoin d’être rassuré, tu sais. »

Il a surtout besoin d'un bon coup de pied au cul si tu veux mon avis.

« Tu devrais écouter Ben Mazué si tu veux le comprendre, ce mec sait tellement bien nous décrire »

Mouais...

Quand je rentre chez moi je tape son nom sur Deezer.

Aux premières chansons écoutées (celles de ses deux premiers album) je ne suis pas du tout emballée, mais alors pas du tout. Son style mi-chanté mi-slamé c’est pas mon truc, les mélodies ne me touchent pas, je zappe rapidement les titres. C'est ça l'hypersensibilité ? Truc d’égocentrique fragile, ouais. Même si certains titres, plus chantés, me laissent une jolie impression, le bilan n'est pas très folichon. Pour moi, ça casse pas trois pattes à un canard. Y'a même certains morceaux que je trouve nuls à chier, n'ayons pas peur des mots. Ses inspirations jazzy, rap ou encore ragga, son accent lorsqu'il chante en anglais, son air plaintif parfois chiant à mourir ... Ah ouais, nan, c'est pas possible. Il a déconné l'inconnu du Barge, là.

Mais, une ou deux chansons ̶ dont son duo avec Pauline Croze, artiste que j’ai, jadis, écouté en boucle ̶ me font tilter. Il semble se cacher quelque chose derrière cet emballage surfait, comme un potentiel mal exploité. Curieuse, je laisse défiler les chansons.

Ah ?

Et, plus les années avancent, plus j'apprécie son œuvre. Nous sommes moins dans le tâtonnement, le style se veut plus confirmé. Certaines phrases, certaines manières de s'exprimer me parlent. Je me reconnais parfois en lui. Comme si je faisais partie de son espèce. Et c’est bien cette impression qui me fait aimer un artiste ou non.

Je continue la découverte et laisse plus longtemps défiler les titres, j'en écoute même certains en entier. Et, enfin, au bout d'une bonne dizaine écoutés, son troisième album est la révélation que j'attendais tant. C'est pas le même mec ou quoi ? Les chansons n'ont plus rien à voir avec celles du début dont je n’écoutais même pas le sens, trop perdue par les fioritures. Trois ans se sont écoulés depuis les premiers album et ça se voit. L'auteur a pris des cours de chant et a compris que la mélodie avait son importance, dieu merci. Le peu que j'ai aimé dans les premiers a été développé, ce que je détestais, supprimé. Ben Mazué, sensible au grand besoin de s'exprimer, nous épargne enfin ses délires chelou d'enfant qui ne veut pas grandir. Ses titres s'adoucissent, deviennent plus travaillés, la musique plus moderne, sa voix moins (ou mieux?) surjouée. Bref, les années lui ont fait du bien. Avant, on sentait qu'il se faisait plaisir, qu'il cherchait à impressionner, dorénavant, Ben Mazué pense à nous et synthétise son flot de pensées pour nous garder que le meilleur. Et il en avait du potentiel caché. C'est qu'il écrit bien, en fait, ce gars. Plus que ça, même. Ses paroles me percutent. Et bah voilà ! C'est de ça dont parlait l'inconnu ! J'ai bien fait de persévérer.

Son titre J'attends est un petit bijou, sa voix est posée, douce, les paroles malignes. Je l’écoute en boucle. Ça y'est j'suis convaincue. Je ne vais plus m’arrêter de l’écouter.

 

ben mazue le coin de france a la menthe music 2

 

Cette chanson, J'attends sera d'ailleurs interprétée en duo avec Pomme pour une réédition de son album de 2017. Les duo, c’est ce qui fera passer ce chanteur apprécié de son petit milieu parisien ̶ d'un succès plutôt confidentiel, donc ̶ au grand public. Et je dois d'ailleurs dire que (même si je n'apprécie habituellement pas plus que ça la jeune artiste) son duo avec Louane pour sa reprise de La mer est calme est juste magnifique.

Oh !

C'est qu'il est malin Ben Mazué, il évolue vite. En très peu de temps il a su s'adapter à la populace pour mieux diffuser son message. Et on l'en remercie. À l'instar de Benjamin Biolay, Ben Mazué, sait se faire connaître en sublimant aussi bien la grande artiste (Pauline Croze, Pomme...), que la starlette plus sensible qu'il n'y parait (Louane, Jérémy Frérot...) pour mon plus grand plaisir. C’est que j'aime bien quand c'est populaire moi. Tous perchés oui, mais plus accessible, s'il vous plaît.

 

Ben Mazué, quarantenaire niçois exilé à Paris puis à la Réunion, en plus d’être diplômé de médecine et plutôt beau gosse (hé ouais, il a tout pour lui) est donc un auteur à la plume fragile (dans le bon sens du terme) qui s’est longtemps, selon mon humble avis, artistiquement cherché, puis qui a su s'adapter pour diffuser ses textes d'une manière de plus en plus travaillée. Je ne sais pas s'il considère s’être vendu ou s'il a réellement voulu s’améliorer pour finalement toucher plus de monde, dans tous les cas, le résultat, à moi, bonne cliente, me plaît. En plus d'avoir un joli timbre de voix, de belles mélodies et l'intelligence de bien savoir s'entourer, il sait décrire et retranscrire l'humain, ses comportements et surtout ses problèmes psy. Et c’est bien ça qui parle à tous ces hypersensibles perdus, torturés que nous sommes, car oui (peut-être un peu grâce à lui d'ailleurs) j'ai, depuis, bien compris que, moi aussi, je l’étais. On se reconnaît dans ses chansons, on se dit qu'on n'est pas seul, on se rassure. Alors, merci Ben Mazué de t’être adapté, ça aurait été dommage de ne pas réussir à t’écouter.

 

ben mazue a la menthe le coin de france cover

 

Son quatrième et dernier album en date ne contient que des tubes.

Quand je marche véritable séance psy pour penseurs fous est à écouter sans modération.

Nulle part dénonce la société de la performance, les reproches, le jugement et te déculpabilise.

Le cœur nous anime en duo avec Poupie, parlera particulièrement à ceux, qui, après une rupture, ont perdu confiance en eux.

Gaffe aux autres en duo avec Jérémy Frérot, est, évidemment, une dédicace aux hypersensibles bienveillants.

 

Bon, et puis, si jamais, vous qui me lisez, êtes parent divorcé, croyez-moi, vous devriez aussi vous y retrouver.

 

Bref, je vous laisse écouter.

 

 

 

 

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published