Miguel Campbell, te fera oublier qu'on n'a plus le droit de s'amuser

Je sais pas si c'est dû au soleil, au ciel bleu, ou aux températures méga chaudes qu'on a en ce moment à Marseille, mais y'a comme un vent estival qui souffle dans mon cœur. Et vous savez ce dont j'ai le plus envie quand la chaleur repointe le bout de son nez ? Danser. Oh, oui, danseeeeer. Mais pas n'importe où et pas sur n'importe quoi. Faut pas déconner. Là, tout de suite, je me vois bien remuer mon popotin sur une plage de sable fin en me faisant toute la discographie de Miguel Campbell.

Miguel Campbell, stewart de profession, commence à jouer de la House Music au milieu des années 90 dans les clubs britanniques. Chez lui quoi. À la fin des années 2000, il se met a produire sous son label Outcross records, puis rejoindra en 2010 le plus célèbre Hot Creations. Il ne s'arrêtera plus, jusqu'à aujourd'hui. Depuis plus de 10 ans, la recette est infaillible : voix (feminine ou masculine) sensuelle posée sur de la Deep House ou de l'Électro Disco, ses (nombreux) titres sont tous plus rafraîchissants les uns que les autres. Groovy, qui sent bon l'été, son style fait chalouper les corps à tous les coups. Et le mien particulièrement. S'il est peu connu du grand public (il ne dénombre « que » quelques centaines de milliers de fan) et peu vu sur la scène internationale, ses tracks seront elles jouées dans les clubs électro du monde entier.

 

miguel campbell france missud

 

Miguel Campbell, moi je le découvre ̶ avec beaucoup de retard ̶ en 2017, alors que je commence tout juste à m’intéresser au monde des teufs techno et celui de l’électro en général. Mes collègues bobo hippie chic ayant écumé toutes les paillotes d'Ibiza à Mykonos en passant par Saint-Tropez durant leurs jeunes années, semblent outrés. 

"Arrête ! Tu déconnes ! Tu ne connais pas Miguel Campbell ? Mais c'est tellement viiiiiieuuux, olalalalaaaaa les souveniiiiiirs."

Ah, qu'est-ce qu'ils peuvent m'agacer ces « je sais tout » de la musique.

"Bah, non, deso les gars, j'ai grandi à Montigny le Bretonneux, moi. Si vous saviez, déjà, tout le chemin qu'il ma fallu parcourir pour me rendre compte qu'en matière d'électro il existait autre chose que David Guetta..."

Non, je ne connaissais pas Miguel Campbell. Comme tout le monde, en fait. Mais je dois avouer que ça aurait été dommage de ne pas le découvrir. Car, depuis, je ne passe pas plus de quelques mois avant de me refaire une petite piqûre de rappel.

 

 

En tant que bonne obsessionnelle compulsive que je suis, j’écouterai donc son titre le plus connu, Something Special toute l'année 2018. Avec un léger train de retard, de 6 ans, par rapport à sa date de sortie, mais qu'importe, mieux vaut tard que jamais !

Encore aujourd'hui, il n'est pas rare que je me passe tous ces titres le temps d'une soirée chez moi,toute seule, pour décompresser.

Oui, toute seule chez moi. Car en vrai, je le rappelle, il fait 12 degrés et non pas 30 et on n'a pas le droit de danser depuis 6 semaines. Ah ! Putain de Covid ! Mais c'est pas grave, Miguel Campbell il suffit à lui tout seul à m’ambiancer !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés