Les douze liens de la relation de dépendance du samsara

Les douze liens de relation de dépendance du samsara sont des exemples métaphoriques utilisés dans le bouddhisme pour limiter l'existence cyclique (samsara) afin que chacun puisse le comprendre.

 

 

Ils sont symbolisés dans cette image à l'intérieur de la roue de l'existence, sur la circonférence extérieure.

 

1. L'ignorance : le premier lien qui nous lie à une existence cyclique est représenté par une personne aveugle, sans le pouvoir sensoriel de la vue. Marcher avec un soutien de base (généralement une canne).

La personne aveugle reflète métaphoriquement comment les êtres humains errent dans le samsara sans connaître les effets de nos actions. Nous ne sommes pas capables de distinguer les vertus des anti-vertus, tout comme un aveugle ne peut distinguer une montagne d'un phare au loin.

La canne, ou support externe (hors du corps physique) symbolise la volonté intrinsèque en nous de marcher et d'atteindre nos objectifs, malgré nos limites.

2. Les actions productives : ce lien de relation de dépendance est représenté par un potier (personne qui travaille la céramique) ; création d'un vase


Le processus de production d'un vase en céramique commence généralement par l'impulsion que le potier donne à la pédale pour faire tourner la base. Cette impulsion décrit parfaitement les actions dans le samsara. Ils créent une dynamique, pour le meilleur ou pour le pire, dans nos vies, générant des effets à court et à long terme.

La forme que ce potier donne à chaque vase est différente, en raison du processus de fabrication traditionnel. Chaque vase sera unique, à l'image de nos gestes qui sont produits différemment à chaque fois. Une fois le vase terminé, ainsi que le stock, il est stocké dans le magasin samsaric.

3. Conscience : le troisième maillon, la conscience, est symbolisé par un singe sautant de branche en branche.


Le singe représente l'origine de notre conscience. Étonnant de voir comment les bouddhistes connaissaient leurs ancêtres les plus communs, bien avant Darwin.

Le fait de sauter de branche en branche montre comment la conscience existe dans le samsara. L'être humain pense, et chaque branche de son cerveau est une pensée. Alors la conscience individuelle connaît son terrain à pas de géant, sans pouvoir observer le terrain global de son existence, la jungle du samsara. Cet acte instinctif est représenté par le singe, tout comme l'être humain.

4. Nom et forme : si la souffrance était un fleuve, le seul moyen de le traverser serait avec notre barque du langage et de la communication. Les êtres sensibles, puisqu'ils sont sensibles, essaient de communiquer cette sensation à d'autres êtres. Seuls les sentients parviennent à s'identifier à cette sensation et, par conséquent, seuls ceux-ci parviennent à se comprendre. Le quatrième maillon est représenté par un bateau piloté par deux personnes traversant le fleuve du samsara.


La barque symbolise le refuge obtenu par la compréhension de l'existence réelle, au-delà de la répétition et de la souffrance. Une structure qui nous permet de traverser la rivière sans se mouiller. Ce refuge ne peut être connu que s'il nous est expliqué par un connaisseur valide, celui qui comprend le samsara et ses liens dépendants.

Les deux personnes à l'intérieur du bateau symbolisent l'interconnexion qu'ils ont eue pour construire le bateau et traverser la rivière ensemble. La communication permet de décrire des formes existantes, et d'en créer de nouvelles, grâce à un travail en commun. Si personne ne nous comprend; Comment pouvons-nous savoir que nous communiquons ?


5. Organes sensoriels (pouvoirs sensoriels) : Le cinquième lien dépendant du samsara est représenté comme une maison vide. Lorsque nous naissons, nous faisons l'expérience de nos pouvoirs sensoriels pour la première fois, comme si nous ouvrions notre nouvelle maison (notre corps). Ces organes sensoriels nous donnent des informations de six manières différentes.


Par les images, avec les yeux, en utilisant le pouvoir de la vue.

Avec des sons, en écoutant par nos oreilles.

Les odeurs que nous percevons par les narines.

Les saveurs que l'on goûte avec la bouche.

Le toucher, ou sensation physique, généré par notre corps lorsqu'il est défini dans un espace spécifique.

Le sens central, la base pour que toutes ces sensations émergent. L'expérimentateur subconscient.


6. Contact : Ce lien est représenté par un couple enlacé. Il symbolise le moment où nos organes sensibles contactent le monde extérieur de manière stable.


Le fait d'être enlacé représente la manière dont l'être humain s'attache à lui-même, accentuant la sensation par la proximité et la complicité. Le câlin représente une connexion entre deux corps qui partagent de l'énergie pour le plaisir ou l'instinct.


7. Sensation : Le septième maillon dépendant a une représentation très directe, une flèche perçant l'œil droit. La sensation est quelque chose qui se produit lorsque nos organes sensoriels sont complètement développés.


La flèche symbolise l'effet de contact et la mémoire ou la projection de nos expériences car ce qui est produit est un stimulus, ou une sensation, dans notre corps.

La personne dont l'œil est transpercé par cette flèche ressent la douleur de ladite sensation, la liant à ses propres expériences en la faisant rester enfermée dans le samsara.

8. Désir : Le désir est symbolisé par une personne qui boit de la bière. Comme les effets du vœu, les effets de la bière sont temporaires, c'est-à-dire qu'ils se situent dans une sphère temporelle.


La bière nous fait entrer dans un état décomplexé et nous permet parfois d'accéder à une nouvelle vision. Lorsque nous buvons un liquide fermenté ou alcoolisé, notre perception est faussée. Il est clair que cela se produit avec de nombreuses autres causes telles que la télévision, les amis, notre ville... etc. mais il sert de référence pour comprendre comment le désir est une distorsion de la liberté intrinsèque qui nous prive du nirvana.


9. Saisir : Ce lien est à nouveau symbolisé par un singe, parfois avec un être réalisé, cette fois en train de cueillir des fruits.


Le fruit représente le nectar de l'existence. Le singe, une fois qu'il le découvre, éprouve un tel plaisir qu'il s'attache excessivement à l'objet qui lui procure son plaisir.


10. Existence : L'existence est représentée avec une femme enceinte. Représentant ainsi l'origine de l'existence et la cause principale de l'attachement intrinsèque chez l'être humain, et de nombreuses autres espèces.


La grossesse est la période de temps que nous passons à l'intérieur de notre mère, c'est donc notre période la plus vulnérable.

En même temps, c'est le moment où les pères et les mères se sentent plus connectés à l'univers. La vie continue donc de génération en génération.


11. Naissance : Sans surprise, le lien de naissance est généralement représenté par une femme qui accouche. Le terme même "donner naissance" explique très bien le dilemme principal, l'existence de la lumière, l'existence de l'existence ou non.


Au moment de la naissance, nous sommes envahis par des stimuli, des images et des sensations envoyées par le monde extérieur. Nous ressentons de la douleur, nous étouffons, nous ne contrôlons pas nos organes, tout semble étrange.

Si l'on analyse les premières années, l'être se perçoit comme incomplet, fragmenté et dépendant. Il se regarde dans le miroir et commence à se voir séparé du reste, ne voyant qu'une projection.


12. Vieillesse et décès : une personne portant son défunt sur son dos. Une image crue qui transmet la sensation la plus précise de vieillissement et de mort. Nous voulons tous vieillir avec quelqu'un qui nous porte sur son dos.


Tout le chaos de notre vie est multiplié dans notre mort. La libération ultime du samsara, où tout le développement spirituel que nous avons accumulé dans cette vie portera ses fruits.



1 commentaire

  • Una interesante descripción del sentido de la vida. No conocía estas etapas que detalla el budismo. Gracias por la formación.

    Carmen Montero

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés